Article « Les temps du blues » – 19 juin 2019

Blues in France copie

Au programme de mon émission sur YouTube, Leroy Carr & Scrapper Blackwell (rubrique « Un blues, un jour ») et Lucky Gas & Little Peter (rubrique « Blues in France »).

CB 1
© : IORR

Je vous propose de nous arrêter aujourd’hui sur une séance d’enregistrement qui nous ramène au 19 juin 1928. Elle s’est déroulée à Indianapolis dans l’Indiana pour le label Vocalion, et met en scène le chanteur et pianiste Leroy Carr accompagné du guitariste Scrapper Blackwell. Ce jour-là, ils ont enregistré la chanson How Long How Long Blues. Il s’agit vraiment d’une chanson parmi les plus marquantes de l’histoire du blues pour de nombreuses raisons. Tout d’abord, elle figure sur le tout premier single du duo Carr/Blackwell (avec My Own Lonesome Blues), qui sera extrêmement prolifique avec une centaine de faces et une collaboration qui se poursuivra pratiquement jusqu’à la mort de Carr en 1935. Ensuite, car il est au départ d’un courant de duos piano-guitare qui voit ces artistes progressivement se démarquer du blues rural pour aller vers une musique bien plus urbaine, d’autant que les guitaristes comme Blackwell étaient également très influencés par le jazz.

CB 3
© : YouTube

Ces duos piano-guitare domineront en quelque sorte la scène blues dans les années 1930 et serviront aussi de base aux premiers véritables groupes au sein desquels s’ajouteront progressivement d’autres instruments (sections rythmiques, cuivres). Celui composé de Tampa Red et Georgia Tom fera aussi partie des pionniers de ce mouvement novateur. Et puis, bien sûr, le succès de How Long How Long Blues fut énorme dès sa sortie, et Leroy Carr et Scrapper Blackwell en graveront cinq autres versions, soit en les numérotant, n° 2, n° 3, ou en modifiant légèrement le titre. Cette chanson influencera enfin des générations d’artistes, c’est évidemment un classique du blues qui demeure de nos jours un des plus repris. Vous avouerez que cela méritait bien un coup de projecteur… Seule note triste dans cette évocation, la mort le 29 avril 1935 de Leroy Carr à seulement 30 ans, qui empêchera le duo de poursuivre une carrière aujourd’hui considérée comme une des plus importantes de l’histoire du blues. Bien évidemment, pas de surprise, je vous propose d’écouter dans mon émission cette géniale version originale de 1928 de How Long How Long Blues.

CB 4
© : Stefan Wirz

 

GP 1
© : KBKC Artistes

Pour cette nouvelle page « Blues in France », on considère également un duo, Lucky Gas & Little Peter, qui vient de sortir un album intitulé « West to West ». Lucky Gas est bien connu dans le monde du blues hexagonal, car il s’agit en effet du chanteur et guitariste Gaspard Ossikian, actif depuis maintenant 30 ans, au sein de formations comme le 49 Blues Band et les Wanana Blues Blasters. Ensuite, et depuis une quinzaine d’années, son Gas Blues Band s’est notamment fait remarquer en accompagnant des bluesmen américains lors de leurs tournées en Europe, en particulier Maurice John Vaughn, Donald Ray Johnson, Toronzo Cannon ou encore Linsey Alexander. Little Peter, de son vrai nom Pierre Cayla, est un guitariste âgé de 30 ans qui représente la jeune génération, et il apparaît au sein du Gas Blues Band depuis 2012.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
© : KBKC Artistes

Les deux artistes se connaissent donc bien, et ils ont décidé d’enregistrer leur album sur une terre de blues réputée, en se rendant à Austin au Texas. Là-bas, ils ont requis les services de musiciens célèbres et expérimentés, dont Chris Layton qui fut le batteur de Stevie Ray Vaughan, et deux membres des Texas Horns, le saxophoniste John Mills et le trompettiste Al Gomez, ou d’autres venus des formations de Kenny Wayne Shepherd, Gary Clark, Jr. et Anson Funderburgh. Au bilan, on obtient un disque à l’image du Gaspard que l’on connaît, avec une musique variée et riche, très actuelle avec souvent des ingrédients empruntés au R&B et au funk. En outre, et il faut toujours se féliciter de cette démarche, Lucky Gas & Little Peter composent huit des onze chansons de l’album qui ne compte donc que trois reprises. Il ne reste plus qu’à écouter un extrait dans mon émission, une chanson bien cuivrée un peu funky qui s’appelle The Pearl.

GP 4
© : KBKC Artistes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.