Article « Les temps du blues » – 11 avril 2019

Réédition semaine

Au programme de mon émission sur YouTube, Luther « Guitar Junior » Johnson (rubrique « Un blues, un jour »), et John Littlejohn (rubrique « Réédition de la semaine »).

LJ 1
© : Discogs

C’est le moment de souhaiter un bon anniversaire à Luther « Guitar Junior » Johnson, né le 11 avril 1939, et qui fête donc aujourd’hui ses 80 ans. Il y a environ trois semaines, le 18 mars dernier, j’avais évoqué dans mon émission et un articleson homonyme Luther « Georgia Boy » Johnson, et le fait que les deux hommes jouèrent tous les deux dans le groupe de Muddy Waters. Mais leur registre diffère et le style de Guitar Junior est plus moderne, notamment plus axé sur le blues du West Side. Il vient d’Itta Bena, Mississippi, soit dans le Delta comme tant d’autres. Ses débuts sont également classiques et passent par le gospel car il fut chef de chœur dans une église de la région de Greenwood. Mais il écoute également du blues dans sa jeunesse et sa mère finit par lui acheter sa première guitare, puis, imitant là encore bien des musiciens de sa génération et de son origine, il prend la route de Chicago où il s’installe en 1955.

LJ 2
© : Open Spotify

Si son chant est déjà bien en place, ce n’est pas le cas de son jeu de guitare et il doit pratiquer, en apprenant au passage la basse. Il commence parallèlement à chanter dans un groupe comprenant Floyd Murphy, guitariste de Memphis et frère de Matt « Guitar » Murphy, qui participa à des sessions pour Sun dans les années 1950 avec Junior Parker et Rufus Thomas, entre autres. Comme il progresse, Johnson entre dans le groupe de Tall Milton Sheldon, au sein duquel il chante et joue de la basse, puis il remplace le leader en 1962 en prenant cette fois, et définitivement, la guitare. Il tourne activement dans la ville et on le surnomme alors Guitar Junior. Il rencontre Magic Sam avec lequel il collabore et se forge le style qu’on lui connaît, avec une belle voix déclamatoire et un jeu de guitare acéré, des caractéristiques qui lui permettent d’installer un climat tendu et intense.

SONY DSC
© : Bill Copeland Music News

En 1972, il grave ses premières faces pour le label Big Beat. Dans la foulée, et donc après son homonyme Georgia Boy, il entame une pige de huit ans avec Muddy Waters. Il en tire profit et sa réputation grandit, ce qui lui permet de tourner, d’enregistrer deux albums à la fin des années 1970 et de participer à l’excellente anthologie « Living Chicago Blues Volume 6 » pour Alligator. Il apparaîtra aussi sur des disques des Nighthawks. Huit autres albums suivent jusqu’en 2001, puis, assez inexplicablement, il cesse d’enregistrer et on ne l’a pas vu de ce côté de l’Atlantique depuis longtemps. Pourtant, de récentes vidéos montrent qu’il a de beaux restes, mais à 80 ans, c’est peut-être un peu tard… C’est dommage car Luther « Guitar Junior » Johnson ne déçoit jamais : outre ses qualités décrites plus haut, il a une vraie présence sur scène et en « impose »… J’aime bien deux de ses premiers albums, « Ma Bea’s Rock » (MCM, 1975), qu’il partage avec Jimmy Johnson, et « Luther’s Blues » (Black and Blue, 1976), mais « Doin’ the Sugar Too » (Rooster, 1984), « I Want to Groove with You » (Bullseye, 1990), « Country Sugar Papa » (Bullseye, 1994), « Slammin’ on the West Side » (Telarc, 1996) et son dernier à ce jour « Talkin’ About Soul » (Telarc, 2001), sont sans doute encore supérieurs et donc superbes. Je vous propose de l’écouter dans mon émission en 1980 sur l’anthologie Alligator, avec une formidable rythmique composée de Calvin Jones à la basse et de Willie « Big Eyes » Smith à la batterie, sans oublier Pinetop Perkins au piano, avec un morceau que j’adore, Got To Have Money.

LJ 4
© : Discogs

 

JL 1
© : Bear Family

Concernant la réédition de la semaine, vous vous souvenez peut-être que le label Storyville avait sorti en 2013 une anthologie de huit CD intitulée « The Chicago Blues Box ». Sous-titrée « The MCM Records Story », il s’agit en fait d’un ensemble de rééditions portant sur des albums sortis à l’origine sur le label MCM, un nom composé des initiales de Marcelle Chailleux Morgantini (1925-2007), qui n’était autre que la femme de Jacques Morgantini, et qui entreprit dans la seconde moitié des années 1970 des voyages à Chicago. Durant ces « campagnes » alors fort rares de la part d’Européens, elle se rendait dans les clubs de la Windy City pour enregistrer des bluesmen sur le vif. Il pouvait s’agir de découvrir des artistes encore peu connus ou débutants promis à de belles carrières, ou qui profitaient de cette opportunité pour se relancer dans une période plutôt creuse pour le blues. Pour quelques-uns, ce sera aussi la seule occasion de laisser leur nom sur un album… Au total, seize albums sortiront sur le label MCM, et pour les détails, je vous invite à vous reporter à la discographie rassemblée par Stefan Wirz.

JL 2
© : Bear Family

Sur le premier volume, étaient présents Magic Slim, Jimmy Dawkins, Hip Linkchain (Lankchan), Eddy Clearwater, Eddie Taylor, Bobby King, Jimmy Johnson, Luther Johnson Jr., Willie Kent, Willie James Lyons, Big Voice Odom, Andrew « Blueblood » McMahon, Joe Carter… Plus « resserré » et donc peut-être plus cohérent, ce volume 2 propose un casting superbe avec Eddie Taylor, Big Mojo Elem, Andrew « Blueblood » McMahon, Big Voice Odom, Hip Linkchain, Eddy Clearwater, Jimmy Dawkins, Jimmy Johnson, John Littlejohn, Magic Slim et les Aces. Il s’accompagne aussi d’un livret illustré qui raconte l’histoire du label MCM et décrit les conditions d’enregistrement. On pourrait certes s’arrêter sur de petits détails comme des crédits parfois imprécis ou l’orthographe improbable de certains noms, voire sur une qualité sonore parfois franchement « rustique », mais ce sont de vrais documents à prendre comme de précieux et rares témoignages d’une époque dont nous avons peu d’échos de ce côté de l’Atlantique.

JL 3
© : Craig Sharp

Il est difficile de traiter une telle anthologie dans une seule émission, et comme je le fais de temps à autre, j’y consacre donc deux volets, aujourd’hui et jeudi prochain. Je ne vais pas nécessairement m’arrêter sur les artistes les plus célèbres et commencer avec John Littlejohn. Encore que Littlejohn soit loin d’être un inconnu ! Originaire du Mississippi où il est né le 16 avril 1931, il a mené sa carrière à Chicago à partir des années 1950, durant lesquelles il aurait débuté avec Jimmy Reed, mais ce n’est pas avéré. Il se fait toutefois vraiment remarquer dans la seconde moitié des années 1960 et durant la décennie suivante, souvent pour des labels français. Puis il retombe dans un relatif anonymat, ce qui est injuste car c’est un superbe bluesman, un grand chanteur expressif et un superbe guitariste, notamment en slide. Je l’ai d’ailleurs choisi en fond musical pour la vidéo de présentation de cette chaîne… John Littlejohn nous a quittés le 1erfévrier 1994 à l’âge de 62 ans. Pour revenir à notre réédition, j’ai pris un titre paru en bonus de son album « Dream »(Storyville, 1995), enregistré le 8 novembre 1976 au Ma Bea’s, 29 Ways.

JL 4
© : Discogs

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.