Article « Les temps du blues » – 4 jan 2019

en tournée copie

Au programme de mon émission sur YouTube, les premiers charts de Billboard (rubrique « Un blues, un jour »), et Magic Sam (rubrique « En tournée »).

billboard 1
La couverture du numéro du 4 janvier 1936 de The Billboard. © : American Radio History.

Quand on s’intéresse de près ou de loin à la musique populaire, et tout particulièrement américaine, je crois que l’on a forcément entendu parler des charts de la revue Billboard, les classements des meilleures ventes de disques que l’on appelle plus communément chez nous les hit-parades. Mais la revue, qui s’est longtemps appelée The Billboard, a une très longue histoire car elle a été fondée très précisément le 1ernovembre 1894. Les premières années, d’autant que l’industrie discographique n’existait pour ainsi dire pas, elle traitait le secteur du divertissement et du spectacle au sens large, ce qui pouvait tout aussi bien entendre le cirque, les parodies, le théâtre, les foires, les salons, les expositions, etc. Il sera toutefois rapidement question dans ces colonnes de musique, un domaine dans lequel elle va progressivement se spécialiser, avec l’avènement du disque et des moyens de diffusion comme le juke-box, l’électrophone et bien sûr la radio.

billboard 3
La liste des Best Selling Retail Records du 27 juillet 1940. © : Billboard.

Et le 4 janvier 1936, il y a donc tout juste 83 ans aujourd’hui, The Billboard a lancé ses tout premiers charts, un hit-parade musical inaugural qui portait sur les chansons dites « pop ». Mais en réalité, ce terme apparaît un peu trompeur, surtout à notre époque, car on trouvait surtout de grands orchestres de jazz et des chanteurs de variété et de comédies musicales très populaires, comme Bing Crosby et Fred Astaire, même si la grande Billie Holiday parvint à se faire une belle place dès les premières années. Ensuite, à partir du 27 juillet 1940, sur la base des ventes des détaillants et des passages à la radio, Billboardcommencera à publier la liste des Best Selling Retail Records, autrement dit les premiers véritables charts hebdomadaires sur la base de ceux que nous connaissons de nos jours. Au fil des décennies, ces charts se déclineront en de nombreuses catégories, la plus connue pour nous étant bien entendu celle qui porte sur le R&B.

billboard 4
© : Discogs

Je n’ai évidemment pas résisté au plaisir d’éplucher ces « pré-charts » de 1936, et, divine surprise, j’y ai trouvé un bluesman. Et pas le premier venu car il s’agit de Tampa Red avec le titre Let’s Get Drunk and Truck. Une présence qui ne doit pas complètement étonner car Tampa Red, adepte d’un blues très urbain chez Bluebird, évoluait alors au sein d’une petit ensemble très jazzy. Pour la petite histoire, sa chanson montera jusqu’à la 14eplace dans le classement de Billboard, et il y restera quatre semaines. Je l’ai bien sûr programmée dans mon émission…

 

magic 1
© : Discogs

Les concerts et tournées n’ont pas encore vraiment repris en ce début d’année, je continue donc avec grand plaisir une sélection d’enregistrements live marquants pour les rubriques du vendredi et du samedi. Je tenais à évoquer Magic Sam, dont la carrière fut malheureusement bien trop courte car il nous a quittés en 1969 à seulement 32 ans des suites d’une attaque cardiaque. Dès lors, bien peu de disques sont parus de son vivant, mais régulièrement, on a vu sortir après son décès des choses indignes de ce bluesman très talentueux, qui était la parfaite incarnation du West Side Sound. Et dès lors, en apprenant en 2013 la parution d’un album en public intitulé « Live at the Avant Garde », on a redouté le fond de tiroir de plus et de trop, mal enregistré, un peu comme les vieux pirates d’antan…

magic 3
. © : Avaxhome

Mais comme il s’agissait d’un album réalisé par Delmark, on savait aussi que l’on avait affaire à des gens sérieux. Et effectivement, cet album est une petite merveille, avec une très bonne prise de son dans un club de Milwaukee dans le Wisconsin. J’ai choisi pour mon émission That’s All I Need, un titre qui met plus en avant la voix Magic Sam, qui prend ici beaucoup de relief car très teintée de soul, plutôt que sa guitare. Mais dans le domaine, il nous prouve également avec brio sa maîtrise de l’instrument en rythmique, comme pour rappeler salutairement qu’il n’est pas utile d’en mettre plein la vue avec des solos hurlants et interminables pour être efficace…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.